Archives pour la catégorie Anna Davis

Le dîner – Anna Davis

lediner.jpgLe dîner  – Anna Davis

Un dîner très important est organisé chez Tilda et Alex. En effet, ces derniers souhaitent faire bonne impression auprès des Thackston (Christina et Brian), surtout Alex qui espère signer un contrat de partenariat avec Brian. Pour qu’il y ait de la conversation lors du dîner et éviter la monotonie, ils ont aussi convié deux autres couples d’amis, les Marshall (Judy et Roger) et les Stilbourne (Heidi et Clive). Seulement, une invitée surprise et indésirable se pointe à l’improviste, il s’agit de la belle-sœur d’Alex, Clarrie, qui semble complètement saoule et qui risque de gâcher leur soirée. Effectivement, le déroulement du dîner va être chamboulé…

Avec la couverture rose flashy et la photo marrante qui l’illustre, on en déduit facilement que le roman est rempli d’humour, mais il n’en est rien. Je ne l’ai pas trouvé comique, mais loufoque serait plus approprié. L’auteur nous fait languir jusqu’au dénouement pour dévoiler la vraie raison de l’état anormal et étrange de Clarrie.

J’ai trouvé l’histoire un peu soporifique par rapport aux descriptions sans fin des  hallucinations de Clarrie, celles-ci ralentissent drôlement les événements et c’est bien dommage, surtout que ces descriptions en question représentent presque la moitié du livre.  Par ailleurs, Clarrie nous embrouille avec les surnoms qu’elle donne à chacun des invités : « Sac d’Os » pour Christina, « Tête d’Argile » pour Brian, « Cruella » pour Judy, « Kitchener » pour Roger, « Miss Hamac » pour Heidi et enfin « Illuminator » pour Clive. Avec tous ces noms, on finit vraiment par ne plus s’y retrouver au niveau des personnages.

J’ai bien aimé en revanche les confidences plutôt croustillantes révélées au cours de la soirée par les uns et les autres. Et même si le dîner paraît courtois et agréable, on se rend compte que derrière cette façade se cachent bien des mensonges et d’hypocrisie. On découvrira également que certains invités dissimulent beaucoup de souffrance en eux. Tous ces secrets nous seront dévoilés au fur et à mesure de lecture.

Anna Davis emploie un vocabulaire moderne et simple, l’ouvrage se lit facilement, mais on regrette la lenteur du récit à cause des longs passages dédiés aux divagations de Clarrie. On a aussi du mal à s’attacher ou s’identifier aux personnages.

« Le dîner » se lit bien, mais sans plus.

 

archirando en Ariège ! |
le blog pour les paysans |
Anim'METZERVISSE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | tourmenteur
| elodee
| Nos petits compagnons aux l...