Archives pour la catégorie Florian Zeller

La fascination du pire – Florian Zeller

fascinationdupire.jpgLa fascination du pire – Florian Zeller

Le narrateur, écrivain de métier, est invité au Caire par l’ambassade de France pour une conférence dans le cadre d’un salon du livre. Sur place, il va faire la connaissance de Martin Millet, un confrère à la personnalité déroutante et d’autres expatriés avec qui il va partager des moments assez  farfelus et cocasses. Avec ses nouveaux camarades, il va visiter et découvrir Alexandrie, Louxor, le Nil, mais également les coins un peu plus obscurs comme les bas fonds du Caire, là où nos amis espèrent vivre les contes des Mille et Une Nuits. C’est un voyage dans l’Orient d’aujourd’hui mais également dans l’Orient du passé.

« La fascination du pire » est le troisième roman de Florian Zeller, jeune journaliste littéraire et auteur Français. J’aime énormément sa manière d’écrire, sa façon de raconter les événements ; le vocabulaire qu’il utilise est clair et direct, sans artifices. Il ne tourne pas autour du pot, son style est fluide et très agréable pour le lecteur. Lorsqu’il ressent le besoin de recourir à des mots un peu plus crus, il ne se gêne pas, et pourtant, il ne dégage aucune vulgarité ni de violence de son récit. Par ailleurs, l’auteur semble beaucoup apprécier Gustave Flaubert, il nous donne de nombreux détails sur la vie de cet écrivain, et fait référence à ses œuvres les plus connues comme par exemple « Madame de Bovary ».

Florian Zeller aborde avec beaucoup de subtilité et de finesse le thème de la liberté d’expression. Tout en restant neutre, il expose le fait qu’il y a des domaines où il serait nécessaire de faire très attention lorsqu’on en parle comme sur l’Islam et sa religion, les musulmans, le terrorisme, le fanatisme… Ce sont des sujets sensibles qui pourraient chatouiller, irriter certaines personnes, certains peuples.

Par ailleurs, le sexe est assez présent dans cet ouvrage, notamment à travers le regard et l’attitude de Martin Millet. C’est un personnage assez complexe, troublant mais intéressant. On dirait qu’il est constamment frustré, de mauvaise humeur et pas très équilibré. Son comportement est devenu même parfois hilarant, risible. Quant au narrateur, c’est fascinant la capacité qu’il a à pouvoir toujours imaginer le pire scénario qui pourrait se produire d’où probablement ce titre « La fascination du pire ».                                                                               

Enfin, c’est un réel plaisir de découvrir quelques coins de l’Egypte à travers les descriptions du héros, on a vraiment l’impression d’y être nous-mêmes sur place dans ce pays riche en histoire.

C’est un récit tout à fait passionnant, une vraie œuvre littéraire et philosophique. J’ai adoré et je lirais volontiers encore des romans de Florian Zeller.

 

archirando en Ariège ! |
le blog pour les paysans |
Anim'METZERVISSE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | tourmenteur
| elodee
| Nos petits compagnons aux l...