Archives pour la catégorie Jean-Luc Delarue

Carnet Secret – Jean-Luc Delarue

Carnet Secret - Jean-Luc Delarue dans Jean-Luc Delarue couverture1Carnet Secret – Jean-Luc Delarue

Je connaissais Jean-Luc Delarue surtout en tant qu’animateur, et c’était d’ailleurs mon animateur préféré. De plus, j’adorais ses émissions comme « Ca se discute » ou « Toute une histoire », cette dernière existe toujours pour mon plus grand plaisir… Selon moi, lorsqu’on écoute les histoires des autres, qu’elles soient bonnes ou mauvaises, on apprend toujours qqch qui peut nous permettre d’avancer (vers la tolérance notamment pour ne citer qu’un unique exemple). On s’enrichit des expériences d’autrui qui pourraient fournir éventuellement une réponse à un souci qu’on rencontre actuellement ou qu’on a rencontré dans lepassé, ou bien à un problème qui pourrait survenir dans le futur. On apprend des « leçons de vie » en écoutant nos semblables.

Dans cet ouvrage autobiographique intitulé « Carnets Secrets », c’est au tour de Jean-Luc Delarue de nous raconter son histoire. Il nous parle de ses grands-parents maternels et paternels. Il nous confie également la communication difficile qu’il avait avec ses parents, mais plus particulièrement avec sa mère. Il nous relate la relation très compliquée qu’il entretenait avec Elisabeth, la mère de son fils unique, Jean. Il revient sur ses additions concernant l’alcool et la drogue qui l’avaient amené entre autre aux affaires très médiatisées concernant le vol Air France en 2007 et son arrestation en 2010 pour possession de cocaïne (16 grammes). L’animateur apprenait par la suite que concernant l’affaire de la cocaïne, il aurait été l’objet d’un coup monté, une trahison : on voulait « sa tête » (l’argent pervertit les gens, disait-il). Il raconte sa maladie, un cancer de l’estomac et du péritoine. Extrait : « Je n’ai pas peur de la mort, j’ai une peur panique de ne plus vivre. Ne plus entendre le rire de Jean, ne plus voir le visage d’Anissa, c’est pire que l’idée de la mort ».

Je n’avais jamais songé que Jean-Luc Delarue pouvait être malheureux et si mal dans sa peau avec l’argent qu’il gagnait et la notoriété qu’il bénéficiait. En fait, Je ne connaissais rien concernant sa vie privée. C’était un homme blessé, notamment à cause du manque d’amour et de soutien de sa famille. Sa rencontre avec Anissa avait changé son existence, il avait réalisé ce que c’était l’amour avec un grand « A ». J’ai été réellement touchée par son témoignage bouleversant. Ecrire ce livre lui avait permis de régler ses comptes avec son passé, entre autres, mais surtout de pouvoir faire la paix avec lui-même et je crois bien qu’il y était parvenu au moment de son décès en août 2012, il était heureux et serein. Homme bosseur et perfectionniste, il avait bien réussi sa vie professionnelle, et nous l’aimions avant tout comme animateur de télévision.

 

 

 

archirando en Ariège ! |
le blog pour les paysans |
Anim'METZERVISSE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | tourmenteur
| elodee
| Nos petits compagnons aux l...