Archives pour la catégorie Joy Fielding

Grande Avenue – Joy Fielding

grandeavenue.jpgGrande Avenue  – Joy Fielding

 

Chris, Barbara, Susan et Vicky, mariées avec des enfants, se côtoient depuis des années. Elles habitent toutes les quatre sur « Grande Avenue » et sont toujours présentes les unes pour les autres. Cette amitié leur sera fort utile car elles vont devoir affronter des épreuves douloureuses de la vie, et auront bien besoin de s’entraider et de se réconforter mutuellement. Mais au final, il se révèle que l’une d’elles est loin d’être une amie et deux des « Quatre de Grande Avenue » mourront, dont une assassinée de manière sauvage.

J’ai été très surprise de l’histoire car je m’attendais à ce que « Grande Avenue » soit une « chick-lit » avec un humour poussé comme dans « Confessions d’une accro au shopping » de Sophie Kinsella ou bien « Le diable s’habille en Prada » de Lauren Weisberger. J’ai été induite en erreur à cause du titre de l’ouvrage et sa couverture sur laquelle on voit des jeunes femmes avec l’air joyeux. Mais il s’avère finalement que ce roman n’a rien de comique et traite des sujets très variés et sérieux comme la violence conjugale, les maladies incurables, l’infidélité dans le couple, l’homosexualité, les crises adolescentes, ou encore les liaisons dans le travail…

J’ai réellement apprécié lire ce roman très moderne et contemporain avec des problèmes abordés qui peuvent toucher chacun de nous. Il se divise en quatre parties donnant respectivement la parole à Chris, puis à Barbara, ensuite à Susan et enfin à Vicky. Nous assistons à l’évolution de ces héroïnes dans leur vie quotidienne, sachant que plus de vingt printemps vont s’écouler tout au long du récit. Susan vit une communication difficile avec sa fille aînée, agressive et rebelle comme cela n’est pas permis. Barbara, ancienne Miss, subit une solitude extrême avec son mari qui se détourne d’elle. Vicky, libertine, est celle qui me semble être la plus robuste psychologiquement des quatre amies. Reste Chris, celle d’ailleurs qui me touche le plus, qui tombe progressivement dans la profonde spirale de la violence conjugale… Comme la majorité des femmes battues et humiliées, Chris a préféré, à tort, de se taire et endurer les coups de son brutal de mari en silence. Je pense vraiment que ces femmes doivent réagir : partir, parler et porter plainte pour mettre fin à cet enfer.

Joy Fielding emploie un vocabulaire simple et sans artifice, le livre se lit facilement et les événements se succèdent rapidement avec une bonne touche d’émotion et d’angoisse qui ravit les lecteurs. J’ai trouvé l’introduction bien alléchante qui annonce déjà une histoire intéressante et captivante. Cette lecture était un pur moment de plaisir.

 

 

archirando en Ariège ! |
le blog pour les paysans |
Anim'METZERVISSE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | tourmenteur
| elodee
| Nos petits compagnons aux l...