Archives pour la catégorie Maxime Chattam

Maléfices – Maxime Chattam

Maléfices – Maxime Chattam dans Maxime Chattam MaléficesMaléfices – Maxime Chattam

Portland est en panique. En effet, d’une part, des personnes meurent des morsures d’araignées venimeuses et le nombre de décès est suffisamment important pour laisser supposer qu’il s’agit d’un acte criminel. D’autres part, des jeunes femmes sont retrouvées mortes suspendues et enveloppées dans de la soie d’araignées, avec une grimace de terreur gravée à tout jamais sur leur visage. Il existe sans aucun doute un rapport entre ces deux phénomènes.

L’enquête débute donc pour Joshua Brolin, ex agent du FBI et ex inspecteur de police de Portland et de ses deux amis flics, Larry Salhindro et Anabel O’Donnel. C’est la course poursuite qui commence pour ces derniers et leur équipe, dans l’espoir de démasquer le plus rapidement possible ce tueur en série qui sévit sans scrupule. Le plus étonnant est que celui-ci parvient à chaque fois à agresser l’épouse alors que le mari dort à juste côté. Mais comment procède-t-il ? Quel est son secret ? Comment choisit-il ses victimes ?

Avec « Maléfice », Maxime Chattam signe ici son dernier roman de la « Trilogie du mal« , après « l’Ame du mal » et « In Tenebris » (cf. voir mes commentaires ci-dessous). Il nous emmène une fois de plus dans une aventure terrifiante où le côté malfaisant de l’être humain se révèle de nouveau. Le suspens est bien présent tout le long du thriller et on prend beaucoup de plaisir à lire l’ouvrage. Certains passages font frissonner, il faut s’accrocher… Sinon, l’auteur n’abuse jamais des descriptions qui durent des kilomètres de pages, et par conséquent, on ne s’ennuie pas.

Nous avons l’agréable surprise de retrouver la belle Annabel qu’on apprécie bien, beaucoup même, elle est détective à New York et elle participe à cette enquête auprès du beau Joshua Brolin. On espère tout le temps qu’il se passe quelque chose entre ces deux protagonistes. Sont-ils prêts à partager entre eux autre chose que leur métier ?

 

In Tenebris – Maxime Chattam

intenebris.jpgIn Tenebris 

Des personnes sont portées disparues dans les alentours de Phillipsburg (New Jersey), des femmes, des hommes, mais également des enfants…. Une jeune femme a été retrouvée nue dans un état de choc émotionnel, et dans un état physique fort dégradé, son crâne étant à moitié ouvert. L’enquête va être menée par le precinct de Brooklyn (équivalent à des commissariats de quartier). Annabel O’Donnel et Jack Thayer, qui travaillent au precinct, découvrent au fur et à mesure que l’enquête avance, l’horreur ! Plus ils progressent dans leurs investigations, plus des choses macabres et inimaginables se dévoilent. Annabel va recevoir une visite inattendue,  celle de Joshua Brolin, et ce dernier va lui apporter une aide bien précieuse. Brolin a quitté la police de Portland entre temps pour devenir détective privé spécialisé dans les enlèvements. Avec son fin flair, son remarquable sens de  déduction, ses longues années d’expérience sur le terrain, il va booster le travail des enquêteurs. Quand on découvre chez Spencer Lynch une soixantaine de clichés de visages au regard vide et résigné, on se demande s’il ne se cachepas une sorte de secte derrière tout cela ? Mais où ces personnes se trouvent-elles ? Sont-elles séquestrées quelque part ? Sont-elles vivantes ?

Quel plaisir de retrouver Joshua Brolin dans cette nouvelle enquête. Il tardait à faire on apparition, mais j’étais vraiment contente que le personnage de Joshua Brolin soit de nouveau présent, car il est très attachant. On peut constater que son charisme fait toujours effet sur les femmes, mais il a d’autres chats à fouetter, comme retrouver Rachel Faulet, 20 ans, enceinte par-dessus le marché, et disparue sans laisser de traces une après-midi.  On apprécie également Annabel, détective volontaire et battante qui sait s’investir dans les enquêtes. Maxime Chattam a su une fois de plus nous faire frissonner avec « In Tenebris«  (le 2ème roman de la Trilogie du Mal), mais on adore ça. Les passages où j’ai le plus grimacé était la description de la Cour des Miracles. C’était affreux ! Sinon, j’aime beaucoup l’écriture de l’auteur, il emploi un vocabulaire simple et riche à la fois, un rythme soigné, il n’abuse pas des descriptions à n’en plus finir, une fois le thriller commencé, on ne le quitte plus jusqu’au dénouement.

l’Ame du mal – Maxime Chattam

lamedumal.jpgl’Ame du mal – Maxime Chattam

Joshua Brolin, jeune inspecteur de la Police de Portland, ancien membre du FBI,  a sauvé in extremis Juliette qui était sur le point d’être amputée de ses avant-bras par le Bourreau de Portland. Ce dernier a reçu une balle de Brolin en pleine tête et mourut sur le champ. Une année passa et presque jour pour jour, deux nouvelles victimes sont de nouveau retrouvées mortes, et le mode opératoire est identique à celui du Bourreau de Portland, de son vrai nom Leland Beaumont : le tueur choisit de jolies jeunes femmes, il les démembre, et il brûle leur front… 

Pour la Police, il est clair que c’est un dingue, « fan » de Leland Beaumont, qui copie les odieux actes de ce dernier afin de continuer « l’œuvre ». Seulement, l’enquête tourne au cauchemar quand des tests ADN ont démontré que c’est bien le Bourreau de Portland lui-même qui commet les nouveaux crimes. Or c’est impossible, il est mort ! Et ce, sous les yeux de Brolin. Par ailleurs, l’inspecteur va aussi découvrir que Leland Beaumont était passionné de magie noire et de sciences occultes : il voulait devenir immortel J’ai bien apprécié les protagonistes Brolin et Juliette. Je me suis attachée à l’inspecteur Brolin, diplômé en psychologie et possède un don particulier pour l’étude des pathologies mentales, le métier qui l’intéressait le plus est le profilage. On a envie que tous les inspecteurs soient comme lui, bel homme, sérieux et impliqué dans le travail. Et Juliette, jolie jeune femme touchante et courageuse qui, malgré ce qui lui était arrivé l’an passé, désire devenir criminologue. Sans oublier Camélia, l’unique amie olé olé de Juliette qui est toujours présente pour elle, et sur qui elle peut compter. 

J’ai beaucoup aimé ce thriller signé Maxime Chattam. Comme à l’accoutumé, l’auteur fait toujours référence de près ou de loin, plutôt de près, à tout ce qui touche la magie noire, les sciences occultes, tout ce qui est un peu obscure en fait, et cela, j’adore ! Car c’est un domaine qui reste pour nous autres qqch de très mystérieux qu’on a du mal à comprendre voire même à croire. A peine ai-je terminé « l’Ame du mal » que j’entame vite fait le suivant, « In Tenebris », puis, ce sera « Maléfices », car il s’agit d’une trilogie. 

Les arcanes du chaos – Maxime Chattam

arcanesduchaos.jpg

Les arcanes du chaos – Maxime Chattam

Yael ne comprend rien à ce qu’il lui arrive. Jusque-là, elle menait une vie rien de plus normale, et du jour au lendemain, elle se retrouve dans un tourbillon d’événements étranges, mystérieux et surtout dangereux, qui bouleversent à tout jamais son existence. Elle voit apparaître des ombres qui bougent dans les miroirs et celles-ci la poursuivent depuis Paris à New-York. Par ailleurs,  elle est pourchassée par des tueurs professionnels qui savent en temps réel où elle se situe. Pourquoi cherche-t-on à la nuire et qui se trouve derrière cette organisation ?

Heureusement, elle a rencontré Thomas, un beau et jeune journaliste indépendant qui s’est pris d’affection pour elle, et qui décide de l’épauler afin de la protéger des dangers qui la menacent. Elle bénéficie également de l’aide précieuse de Kamel, un fils d’ambassadeur militant.

En lisant la 4ème de couverture, on pourrait penser que cet ouvrage comporte du fantastique comme cela est le cas pour « La cinquième règne », mais il n’en est rien. « Les arcanes du chaos » est davantage un thriller géopolitique qui traite tout particulièrement du thème de la conspiration. Ce roman, basé sur des faits historiques, aborde la théorie du complot et dénonce une poignée d’hommes puissants (politiciens, riches industriels, milliardaires) qui peuvent tout contrôler, notamment les Américains (Big Brother). Selon l’auteur, le hasard n’existe pas, surtout lorsqu’il existe trop de coïncidences (exemple de Lincoln et de Kennedy,…). Quant à nous, nous ne sommes que des victimes naïves étant persuadées de vivre dans un monde de liberté. Maxime Chattam se montre pessimiste ou réaliste ? A vous d’en juger par vous-même !

Pour ma part, je trouve ce roman assez noir et dérangeant, car il fait un peu peur. J’espère que Maxime Chattam n’a pas tout à fait raison dans ses propos ! Je n’ai pas spécialement aimé ce livre, non pas parce qu’il n’est pas bien, mais plutôt parce que la conspiration et la géopolitique se sont pas mes sujets favoris.

Le 5ème règne – Maxime Chattam

5mergne.jpg

Le 5ème règne – Maxime Chattam

J’ai adoré ce thriller, il m’a tenue en haleine du début jusqu’à la dernière page, un genre que je ne connaissais pas ou très peu. En effet, il aborde un domaine « inconnu », du moins pour la majorité des gens non initiés à ce sujet très particulier. Il s’agit d’un roman traitant du surnaturel, du spiritisme, d’occultisme, de la vie, de la mort, et enfin de ce l’auteur nomme « l’Ora ».

J’ai découvert Maxime Chattam avec le « 5ème règne » et je compte bien découvrir la trilogie : « l’âme du mal », « in tenebris » et « maléfices ».

L’histoire se déroule à Edgecombe (Nouvelle-Angleterre, Etats-Unis) où rode un tueur enragé qui assassine des adolescents (étranglement, mutilation…). L’éclat sadique et furibond brille en permanence dans les yeux d’un bleu intense de ce criminel que les habitants d’Edgecombe appellent l’Ogre.

Sean Anderson, un adolescent de 15 ans et ses amis, découvrent un vieux grimoire en cuir, avec l’aide duquel ils vont faire des séances de spiritisme ; ils vont très vite comprendre qu’ils ont réveillé quelque chose de maléfique. Dans le même temps, le shérif Benjamin Hannibal et l’agent spécial du FBI, Glenn Fergusson, ont énormément de difficulté à mettre la main sur l’Ogre, ce meurtrier hors du commun qui semble posséder des pouvoirs malfaisants. Mais ce qu’ils ignorent encore, c’est que l’Ogre ne représente pas la seule menace. Il y a également l’homme à la balafre qui symbolise la perfidie incarnée, cherche à tout prix à récupérer, quel que soit le moyen, le livre sacré en question (le Khann).

A lire absolument, ce thriller est très bien ! Maxime Chattam semble avoir fait un bon travail de documentation sur le sujet dont il a abordé tout au long de son ouvrage.

Qu’on croit ou non à la magie noire, au fait que ces séances de spiritisme permettent vraiment ou non à entrer en contact avec les esprits des morts, ce roman nous entraîne dans une réelle angoisse, on est constamment sous le stress tout au long de la lecture. Pour ma part, je ne toucherai jamais, de près ou de loin, à l’occultisme, ça me donne la chair de poule, mais lire des romans sur ce sujet est passionnant.

 

archirando en Ariège ! |
le blog pour les paysans |
Anim'METZERVISSE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | tourmenteur
| elodee
| Nos petits compagnons aux l...