Archives pour la catégorie FICHE DE LECTURE

« Je vous demande le droit de mourir » – Vincent Humbert

couvvincenthumbert2.jpg

« Je vous demande le droit de mourir »

de Vincent Humbert 
Je vous présente ici un extrait tiré du livre « témoignage » de Vincent Humbert intitulé « je vous demande le droit de mourir », propos recueillis et texte élaboré par Frédéric Veille, journaliste de RTL et le journal France-Soir.

Vincent Humbert, victime d’un accident de la route en septembre 2000, suivi de neuf mois de coma. Il se réveillait tétraplégique, aveugle et muet, mais était lucide, donc capable de mesurer la souffrance, l’isolement, la non-existence…

Vous trouverez ci-après sa lettre adressée le 30 novembre 2002 à Jacques Chirac : il lui demandait le droit de mourir mais malheureusement, ce dernier ne pouvait accéder favorablement à sa demande, car la loi en France n’autorise toujours pas l’euthanasie.

Monsieur Chirac,

Tous mes respects, Monsieur le Président.

Je me présente : je m’appelle Vincent Humbert, j’ai 21 ans. J’ai eu un accident de circulation le 24 septembre 2000. Je suis resté neuf mois dans le coma. Je suis actuellement à l’hôpital hélio-marin à Berk dans le Pas-de-Calais. Tous mes sens vitaux ont été touchés à part l’ouïs et l’intelligence, ce qui me permet d’avoir un peu de confort. Je bouge très légèrement la main droite en faisant une pression avec le pouce à chaque bonne lettre de l’alphabet. Ces lettres constituent des mots et ces mots forment des phrases. C’est ma seule méthode de communication. J’ai actuellement une animatrice à mes côtés qui m’épelle l’alphabet en séparant voyelles et consonnes. C’est de cette façon que j’ai décidé de vous écrire. Les médecins ont décidé de m’envoyer dans une maison d’accueil spécialisée. Vous avez le droit de grâce et moi, je vous demande le droit de mourir. Je voulais faire ceci évidemment pour moi-même mais surtout pour ma mère ; elle a tout quitté de son ancienne vie pour rester à mes côtés, ici à Berck, en travaillant le matin et le soir après m’avoir rendu visite, sept jours sur sept, sans aucun jour de repos. Tout ceci pour pouvoir payer le loyer de son misérable studio. Pour le moment, elle est encore jeune. Mais dans quelques années, elle ne pourra plus encaisser une telle cadence de travail, c’est-à-dire qu’elle ne pourra plus payer son loyer et sera donc obligée de repartir dans son appartement, en Normandie. Mais impossible d’imaginer rester sans sa présence à mes côtés et je pense que tout patient ayant toute sa conscience est responsable de ses actes et a le droit de vouloir continuer à vivre ou mourir. Je voudrais que vous sachiez que vous êtes ma dernière chance. Sachez également que j’étais un concitoyen sans histoire, sans casier judiciaire, sportif, sapeur-pompier bénévole. Je ne mérite pas un scénario aussi atroce et j’espère que vous lirez cette lettre qui vous est spécialement adressée. Vous direz toutes mes salutations distingues à votre épouse. Je trouve que toutes ses actions, comme les pièces jaunes, sont de bonnes œuvres. Quant à vous, j’espère que votre quinquennat se passe comme vous le souhaitez malgré tous les attentats terroristes. Veuillez agréer, Monsieur le Président, l’expression de mes sentiments les plus distingués.

Vincent Humbert

P-S : je voudrais une réponse de votre part, même si celle-ci est négative.

Dans son livres, Vincent insiste sur le fait qu’il ne veut pas qu’on le plaigne, mais juste qu’on le comprenne et qu’on l’entende : il serait heureux de mourir. Pour lui, la mort est belle lorsqu’elle est souhaitée, il devient insupportable pour lui de devoir rester des mois et des mois sans pouvoir bouger (il se considère mort depuis le 24 septembre 2000). De plus, il désire cesser de faire souffrir sa famille, tout particulièrement sa mère, Marie Humbert, qui se dévoue corps et âme à son fils. Elle a quitté son ancienne vie pour rester auprès de lui. Il a donc demandé à l’unique personne qui pourrait vraiment lui venir en aide, sa maman qui représente sa dernière chance. Il veut plus que tout qu’elle accède à son ultime souhait : celui de mourir et cet acte pour lui serait une preuve d’amour de la part de sa mère, elle lui a donné la vie, il lui demande de lui offrir sa mort.

Il ne veut surtout pas qu’on juge sa mère pour la mission qu’elle va accomplir, car s’il y a quelqu’un qui va ressentir une souffrance morale intense et atroce, ce sera bien elle, la douleur d’une mère de perdre son enfant.

Ce témoignage sincère est si bouleversant. Il m’a énormément touchée et émue. Cela me fait tellement de peine pour ce jeune homme tout juste sorti de l’adolescence, je pense aussi à tous ceux qui se trouvent actuellement dans la même situation. Je crois qu’il est temps que l’on accepte l’idée que lorsque des personnes touchées par une maladie incurable arrivant en phase terminale, qu’elles endurent des souffrances physiques intolérables, que les médecins ne peuvent plus rien leur apporter en terme de traitement médical, qu’elles ne réussissent plus à faire des progrès afin d’améliorer un peu leur santé, qu’elles sont condamnées à mort par la maladie, et qu’elles ont conscience de leur dégradation, alors, il faut leur donner le droit de choisir de mourir dans la dignité. Cette manière de mettre fin à leurs jours représente une Délivrance… Qu’on leur laisse au moins cette Liberté ! On n’a pas le droit de leur imposer un choix qui n’est pas le leur. Respectons leur dernière volonté s’il vous plaît !

Comme le dit si bien Vincent Humbert : pourquoi est-ce-qu’on permet l’euthanasie sur les animaux pour qu’ils ne souffrent plus, et que lui doit continuer à subir ce suplice…

J’espère qu’un jour prochain la France autorisera l’Euthanasie.

 

Histoires de la crème du crime – Alfred Hithcock

couvhitchcock.jpg

Histoires de la crème du crime – Alfred Hithcock

Alfred Hitchcock nous présente dans cet ouvrage une compilation de 14 petites histoires du crime écrites par différents auteurs peu connus ou inconnus. J’aimais beaucoup regarder les films d’Alfred Hitchcock à l’époque, alors j’étais persuadé que j’allais certainement apprécier ce livre dont il « parraine ». Malheureusement, cela n’a pas été le cas, je l’ai quand même lu jusqu’au bout, mais ces anecdotes ne m’ont pas captivée. Il n’y a pas suffisamment d’intrigues à mon goût.

Ceci est juste un avis personnel.


Et après… Guillaume Musso

couvetaprs1.jpg

Et après… Guillaume Musso

Connaissez-vous le nouvel auteur français Guillaume Musso ? Je l’ai découvert récemment en lisant « Sauve-moi » qui m’a beaucoup plus ; par conséquent cela m’a emmené à découvrir un autre roman de lui « Et après… » avec lequel j’ai passé un très bon moment.
Vous êtes-vous déjà demandé ce que vous feriez si vous savez que la mort va bientôt venir frapper à votre porte, que vos jours sont comptés, et pourtant un chek-up complet vous démontre que vous êtes en très bonne santé.
Eh bien ce roman traite ce délicat sujet qui me semble plutôt irréaliste, et pourtant, je me laisse prendre au jeu au fur et à mesure que j’avance dans l’histoire, tout comme le personnage principal du roman Nathan Del Amico. Ce dernier, brillant et riche avocat de New York, symbolise l’image même de la réussite sociale (sa mère n’a été qu’un femme de ménage). Il reçoit un jour la visite d’un médecin renommé, Dr Garrett Goodrich, qu’il n’a encore jamais rencontré auparavant, et celui-ci lui annonce qu’il a le pouvoir de voir les gens qui vont bientôt mourir. Nathan le prenait pour un fou au début, mais le docteur lui apporte des preuves de ce qu’il avance. C’est une rude épreuve psychologique pour cet avocat qui, récemment divorcé, aime encore profondément sa femme Mallory, et désire se réconcilier avec elle avant qu’il ne soit trop tard.
Lorsqu’il avait 8 ans, suite à une noyade qui l’avait entraîné dans une « mort clinique », il pouvait alors choisir la vie ou la mort, mais il ne savait pas qu’à l’âge adulte, il devrait assumer ce choix : pouvoir revenir à la vie a un prix…

 

La Chambre écarlate – Nicci French

couvniccifrenchchcarlate.jpg

La Chambre écarlate – Nicci French

Une amie m’a fortement conseillée les romans de ce couple de journalistes londoniens qui écrivent sous le pseudonyme Nicci French, et qui sont particulièrement réputés pour les thrillers psychologiques.

Katherine Quinn, dit Kit, médecin-psychiatre, partage son temps entre un hôpital pour délinquants psychopathes et une clinique dans laquelle on y soigne la moyenne bourgeoisie en détresse. Par ailleurs, elle aide occasionnellement la police en qualité de consultante pour diagnostiquer, évaluer la santé mentale des (présumés) meurtriers. C’est à ce titre que l’inspecteur Furth de Stretton Green fait appel à ses compétences professionnelles pour interroger un certain Michael Doll, considéré autant par la police que par les parents d’élèves comme étant un dangereux pervers. A la fin de cet entretien, Michael Doll s’est effectivement montré très violent.

Quelques temps plus tard, ce même Michael Doll est de nouveau appréhendé par la police de Stretton Green qui le soupçonne d’être l’auteur du meurtre de Lianne, une jeune fille sans domicile fixe de 17 ans, retrouvée morte à Rengent’s Canal (Londres), dont le corps est lardé de coups de couteau. Kit est une fois de plus sollicité pour une collaboration active dans le but de déterminer un portrait psychologique du suspect.

Très rapidement, d’autres homicides et agressions sont commis sur des jeunes femmes dans des quartiers de Londres, et Michael Doll se trouve encore à proximité du lieu du crime.

Il y a pas mal de personnages dans cette fiction et certains d’entre eux peuvent représenter un suspect potentiel, soupçonner tout le monde est l’aspect principal d’un roman policier. Certains vous inspireront de la compassion, d’autres de l’antipathie ou répulsion, et parfois une touche d’humour dans ce thriller avec Julie Wiseman, une amie de Kit complètement sans gêne. On s’attache bien entendu à l’héroïne, courageuse et déterminée, elle possède des qualités humaines, elle est sensible, juste et on ne peut que l’apprécier.

L’histoire avance à un rythme relativement lent, la cadence est parfois longue à cause des descriptions détaillées qui sont pourtant indispensables pour entraîner les lecteurs dans ce passionnant récit psychologique. Il est aussi intéressant de voir la méthode qu’utilise Kit pour enquêter, car en tant que médecin-psychiatre, elle ne suit pas la procédure habituelle de la police.

J’ai lu ce roman avec beaucoup de plaisir, et je compte découvrir d’autres romans de Nicci French.

 

Mon Cœur ping-pong – Jane Green

coeurpingpong.jpg

Mon Cœur ping-pong – Jane Green

Libby, jeune femme de 27 printemps, branchée, dynamique et sentimentale, a presque tout pour être heureuse : assistante en relation publique, elle gagne relativement bien sa vie, a une famille aimante, de bonnes copines… Mais ce n’est pas tout à fait une réussite au niveau de la vie amoureuse. Elle aimerait rencontrer l’homme de sa vie, seulement ne croise que ceux qui sont allergiques à l’engagement, et elle finit souvent en larmes. Ainsi le dernier en date se nomme Nick, écrivain du même âge qu’elle sans le sou, mais beau et sexy. Pour ne pas souffrir une fois de plus, elle décide que cette relation serait qu’une aventure. Mais les sentiments ne se contrôlent pas. Par la suite, Libby rencontre Ed, très riche financier proche de la quarantaine, possédant une belle et grande maison dans le quartier chic de Londres, et ce dernier est surtout très amoureux d’elle et la traite comme une reine. Pourtant aussi gentil, galant et attentionné que puisse être Ed, Libby a du mal à éprouver des sentiments amoureux à son égard.

Un roman plein d’humour et d’entrain qui traite un sujet qui date certainement de l’antiquité : le choix délicat entre d’une part l’amour, les sentiments, la complicité sexuelle et d’autre part l’argent, la fortune, le confort assuré. Sans doute beaucoup de lectrices se reconnaitront en Libby. Combien de fois nous nous posons la question si l’homme avec qui nous partageons notre vie amoureuse est vraiment notre âme sœur ? Cette comédie aborde également le sujet sur la peur des jeunes femmes de nos jours qui approchent la trentaine et qui appréhendent l’avenir lorsqu’elles constatent que la plupart de leurs amies sont mariées. 

 

1...1516171819

archirando en Ariège ! |
le blog pour les paysans |
Anim'METZERVISSE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | tourmenteur
| elodee
| Nos petits compagnons aux l...