Archives pour la catégorie FICHE DE LECTURE

Parano Express – Josiane Balasko

Parano Express – Josiane Balasko dans Josiane Balasko coverParano Express – Josiane Balasko

La trentaine, Antoine Meyer était un homme serein et heureux jusqu’au jour où il rencontra une vieille femme sourde et muette qui vendait des objets porte-bonheur. Jusqu’à ce jour, il disait encore « Je suis heureux, je suis heureux, c’est incroyable ce que je suis heureux !! ». En effet, il avait de quoi être heureux, il avait un travail, vivait avec Lætitia, la femme qu’il aimait, et avec qui il allait se marier. Mais voilà, ce jour-là, il a eu le malheur d’acheter un objet porte-bonheur, qui s’est plutôt révélé être carrément un porte-malheur. L’enveloppe qui accompagnait l’objet contenait juste une phrase divinatoire : « Vous allez perdre votre femme et votre travail. Mais ne vous découragez pas ». Antoine n’est pas superstitieux pour un sou, mais il se trouve que ce qui a été prédit se réalise dans son intégralité : il a perdu sa bien aimé et s’est fait licencié le même jour !! Un pur hasard ou un mauvais sort ? Sa vie a basculé à partir de cet instant-là. S’ensuit alors que mésaventures sur mésaventures pour le pauvre Antoine… C’est comme si ce dernier s’est abonné à la poisse, rien ne lui est épargné, même pas un clochard qui lui « pisse » dessus. Heureusement, sa mère est toujours là pour l’aider et l’encourager et puis il va se faire de nouveaux ami(e)s.

C’est mon 2ème roman de Josiane Balasko. Parano Express est très drôle et très frais. On ne s’ennuie vraiment pas depuis le début jusqu’à la fin, on s’amuse un peu des déboires d’Antoine racontés sous forme d’humour. C’est incroyable ce qui peut lui arriver comme incidents en tout genre. Comme quoi, il faut réfléchir avant d’acheter un objet porte-bonheur ;-)

Le héros du récit est très attachant, avec sa maladresse, sa sensibilité, et sa malchance. Mais on aime aussi les seconds rôles qui sont un peu burlesques et extravagants, comme Iris, les jumelles Hélène et Alice, ou encore le fameux Billy,… C’est une bonne comédie qui nous fait vivre un bon moment, même si parfois, les coïncidences sont un peu tirées par les cheveux.

 

Je vais bien, ne t’en fais pas – Olivier Adam

Je vais bien, ne t’en fais pas – Olivier Adam dans Olivier Adam cover2Je vais bien, ne t’en fais pas – Olivier Adam

Claire a 22 ans, habite seule à Paris et gagne sa vie en tant que caissière. Elle rend régulièrement visite à ses parents Irène et Paul qui habitent la banlieue. Elle aime ses parents, et inversement, mais ils ont du mal à communiquer, ils ne se parlent pas beaucoup lorsqu’ils se voient. Il y a comme un grand malaise entre eux.

Il y a deux ans, Claire a vécu une tragédie : son cher frère Loïc qu’elle affectionne tant, qu’elle admire tant, avec qui elle passait le plus clair de son temps, a quitté brutalement le domicile familiale alors qu’elle était en vacances chez ses grand-parents. A son retour il n’y avait plus de Loïc, c’était le vide total, elle avait envie de mourir tellement son frère lui manquait, elle n’avait plus goût à la vie. Elle a appris qu’une grave dispute a eu lieu entre son frère et leur père.

Deux longues années se sont écoulées et Loïc n’a toujours pas réapparu. Elle n’a aucune idée de ce qu’il est devenu, à part des cartes postales qu’elle reçoit de sa part qui proviennent des différents endroits qu’il a visités. Il ne laisse pas d’adresse, juste quelques mots pour rassurer Claire : « je vais bien, ne t’en fais pas ». Ces cartes aident beaucoup Claire moralement, car elles lui donne l’espoir de revoir un jour Loïc. D’ailleurs, elle va avoir une semaine de vacances et comme elle vient de recevoir une nouvelle carte postale de lui de Portbail, sans rien dire à ses parents, elle a décidé dès le lendemain de s’y rendre dans l’espérance d’apercevoir son frère, de le retrouver, car Portbail ne doit pas être une très grande commune. Et elle a bien fait, car c’est bien à cet endroit qu’elle va découvrir toute la vérité, toute la supercherie.

Olivier Adam est un auteur que je lis pour la 1ère fois. Il a un style différent de ce que je connais jusqu’à présent. Il a sa propre manière de raconter, sa propre façon de nous faire vivre les péripéties de Claire. On tombe parfois dans des descriptions un peu longues et donc lassantes, mais dans l’ensemble, on apprécie bien la lecture et on porte beaucoup d’intérêt à l’héroïne. On se demande par ailleurs ce qu’est devenu son frère. Claire est un personnage très attachant, elle est parfois forte, parfois fragile, parfois naïve et souvent triste. On a envie de la connaître, de la protéger surtout. On a envie qu’elle soit heureuse, car à l’heure actuelle, c’est loin d’être le cas.

C’est un roman dramatique, surtout la fin… L’auteur nous laisse un peu imaginer le dénouement, ou plutôt le suggère. Pour ma part, je préfère que l’histoire soit claire, que les choses soient dites, écrites. On reste un peu sur notre faim, mais on a envie de relire encore des romans d’Olivier Adam.

 

 

La cliente – Josiane Balasko

La cliente - Josiane Balasko dans Josiane Balasko cover1La cliente – Josiane Balasko

Marco et Fanny sont mariés depuis 4 ans et s’aiment très fort, mais leur situation financière est plus que juste. C’est la raison pour laquelle ils sont logés chez Maggy, la maman de Fanny. Cette dernière est coiffeuse, elle est à son compte, associée avec son amie Rosalie. Le salon ne marche pas des masses. Marco travaille sur des chantiers avec Toutoune, le frère de Rosalie, mais là encore, il n’y a pas de chantiers tous les jours.

Afin d’aider Fanny à payer les traites du salon de coiffure, Marco a décidé devenir « escort boy » sous le prénom de Patrick et c’est dans le cadre de son nouveau travail qu’il a rencontré Edith, une animatrice de Télé Achat. On peut dire qu’être « escort boy », ça paie bien mieux que le travail sur les chantiers. Marco doit constamment inventer des mensonges pour justifier l’argent qui rentre et les cadeaux qu’il ramène à la maison (des cadeaux de ses clientes). Mais jusqu’à présent, il y parvient sans trop de difficultés. Mais un jour, Fanny a des soupçons d’infidélité de son mari en écoutant un message sur le mobile de celui-ci. Et à partir de là, leur vie va basculer, va être complètement bouleverser.

Edith, 51 ans, vit une existence plutôt aisée. Personnalité de la télé, elle fréquente des « garçons » depuis quelques temps. Femme libre, femme de caractère, elle « se paie » de compagnons pour se divertir et pour se sentir moins seule. Seulement, avec Patrick, c’est différent, elle a envie de le revoir, chose qu’elle ne fait presque jamais avec les autres. Ils entretiennent finalement une relation stable, mais tarifée. Cela convient à l’un comme à l’autre, jusqu’au jour où Fanny fait son apparition.

Josiane Balasko nous fait vivre dans « La Cliente » des émotions fortes, on passe du rire aux larmes, on se sent triste et désemparé pour Marco, pour Fannu, mais également pour Edit. Personne n’est vraiment heureux dans cette histoire. Edith a peut-être un portefeuille rempli, un appartement spacieux et moderne, mais vit dans de la solitude et appréhende la vieillesse. Tout le monde a besoin d’amour et d’affection dans la vie. Marco et Fanny pourraient être heureux, mais les fins de mois les angoissent, on ne vit pas constamment de l’amour et de l’eau fraîche. Il faut croire que l’argent ne fait pas le bonheur, mais y contribue tout de même.

Un roman vraiment agréable à lire, un vocabulaire simple, une histoire captivante, on s’attache énormément aux personnages, et on a envie de relire du Josiane Balasko.

 

Sept ans après – Guillaume Musso

Sept ans après - Guillaume Musso dans Guillaume Musso coverCommentaire Sept ans après – Guillaume Musso

Comment les choses ont-elles pu dégénérer aussi rapidement, à une vitesse « grand V ». Encore hier, la vie de Sébastian (luthier newyorkais connu et reconnu dans le milieu) et de Nikki (ex-mannequin) était ordinaire, c’est à dire une existence paisible et sans soucis particuliers. Et aujourd’hui, leur fils de 15 ans a disparu. Leur angoisse grandit davantage quand ils ont trouvé une certaine quantité de cocaïne cachée dans sa chambre. Inquiets, Sébastian et Nikki, divorcés depuis sept ans, mettent leurs différents de côté pour se lancer ensemble à la recherche de Jeremy, en prenant soin de mettre à l’abri leur fille Camille (le faux-jumeaux de Jeremy). Mais les choses ne sont pas aussi simples, bientôt, ils ne maîtrisent plus la situation, ni les événements qui surviennent, et sans qu’il n’aient le temps de réagir ou de réfléchir, ils sont devenus des fugitifs et sont recherchés par la police de New York et également par celle de Paris, pour meurtres.

S’ensuit une vraie course poursuite. A New York, Lorenzo Santos, lieutenant de NYPD, et aussi petit ami de Nikki, les recherche. Il a le nez fin et a immédiatement compris ce qui se trame, même si Nikki ne lui a rien raconté. A Paris, Constance Lagrage, capitaine de police dans la Brigade Nationale de Recherche des Fugitifs (BNRF), piste minutieusement le couple. Comment vont-ils s’en sortir ? Ils ne peuvent se rendre à la police, car ils doivent d’abord retrouver leur enfant qui est en danger. Par ailleurs, ils ont aussi un maître-chanteur à leur trousse…

Avec « Sept ans après », Guillaume Musso nous fait voyager de New York à Paris sous un rythme haletant et un stress intense. On a le cœur qui palpite très fort au fur et à mesure qu’on avance dans le récit. On s’attache aux personnages principaux, mais aussi aux personnages secondaires comme Santos ou Constance.

Un roman facile à lire, un roman captivant, on a du mal à le quitter avant la dernière page. L’auteur nous fait également visiter Paris, et à l’occasion, je pense que cela me ferait plaisir de voir les cadenas d’amour au Pont des Arts.

 

 

Tome 6 : La sirène – Camilla LÄCKBERG

Tome 6 : La sirène – Camilla LÄCKBERG dans Camilla LÄCKBERG la-sirene-camilla-lackbergTome 6 : La sirène – Camilla LÄCKBERG

« La Sirène » est le 6ème tome des aventures d’Erica Falck et de Patrik Hedström. Dans cette histoire, Magnus Kjellner, un habitant de Fjällbacka, père de famille, a disparu et c’est seulement trois mois plus tard qu’il a été retrouvé sous la glace. On l’a assassiné. Christian Thydell, bibliothécaire, qui avait récemment aidé Erica dans ses recherches, reçoit depuis un an et demi des lettres de menace, plus précisément depuis qu’il a commencé à écrire son premier roman qui s’intitule « la Sirène ». Y a-t-il un rapport entre la mort de Magnus et la réception des lettres de Christian ? Patrik pense que « oui », il est persuadé que la personne qui est derrière les lettres est également celle qui a tué Magnus, et puis parce que ces deux-là se connaissaient depuis leur enfance.  La police de Tanumshede mène donc l’enquête et va découvrir que Christian n’est pas la seule victime du « Corbeau ».

Quant à Erica, elle est épuisée, en effet, non seulement elle est enceinte des jumeaux, mais en plus de cela, sa fille Maja la sollicite constamment. Toutefois, la fatigue ne l’empêche nullement de s’immiscer dans les affaires de son mari et ce, pour plusieurs raisons : d’abord, elle souhaite aider Patrik car l’enquête semble piétiner ; ensuite, Christian est son ami et elle voit bien que ce dernier a peur ; et enfin, elle est de nature très curieuse, et il est impossible pour elle de rester à l’écart des investigations.

Il y a des personnages très attachants comme Christian Thydell, sa femme Sanna, ou encore Kennett Bengtsson. D’autres qu’on n’aime nettement moins comme Erik Lind ou Irène la mère adoptive de Chrisitan. On est très touché par la petite Alice, la demi-sœur de Christian, on est désolé pour ce qui lui est arrivé. Quant à Anna, la petite sœur d’Erica, elle aussi, est enceinte et est toujours très amoureuse Dan, qui le lui rend bien.

J’ai autant aimé ce tome 6 que les précédents. Camilla Lackberg est un auteur que j’aime beaucoup. J’apprécie sa façon d’écrire et son style. C’est le 2ème auteur suédois que je lis après Stieg Larsson. C’est toujours avec un grand plaisir de se replonger dans ses livres.

 

 

Mon Journal intime – Lisa Azuleos

Mon Journal intime - Lisa Azuleos dans Lisa Azuleos couverture2Mon Journal intime – Lisa Azuleos

A travers le journal intime de Lola, une adolescente de 15 ans dont les parents sont divorcés (et elle espère bien qu’il en soit toujours ainsi), nous suivons la vie quotidienne et trépidante de la jeune fille avec ses hauts et ses bas, ses petits bonheurs et ses petits malheurs… C’est la rentrée des classes et elle découvre que son boyfriend Arthur l’a trompée, et lorsqu’elle réalise plus tard qu’elle est amoureuse de son ami Maël, sa rivale, « cette débile De Peyrefitte est sans arrêt collée à ses basques ». De plus, elle en a marre d’être encore vierge… Quant à sa mère Anne, même si elle Lola l’adore, elle lui en veut de faire des cachotteries en revoyant en douce son père. Heureusement, elle a ses deux copines Stéphane (et non Stéphanie) et Charlotte pour les confidences, mais surtout elle a son petit journal intime dans lequel elle raconte absolument tout, noir sur blanc : elle détaille ses déboires amoureux, elle exprime ses colères, ses soucis et ses incompréhensions, etc.

Le roman est très bien écrit, est réellement très drôle (tout plein de fraîcheur). J’ai énormément aimé, on ne s’en lasse pas, même pas une minute. « Mon journal intime » se lit d’une traite sans interruption, et on en reveut à chaque fois tellement il est captivant. On est plongé totalement dans l’univers de l’adolescence, autant par le vocabulaire employé (jeune et familier) que par les questions existentielles qui les préoccupent.

Extrait : « Je ne comprends pas ma mère. Quelle idée de se retaper mon père ? ! Non mais franchement, il y a combien de milliards d’hommes sur la planète ? ! C’était quoi, la probabilité pour qu’elle se le retape ? ! C’est bien le 11 septembre, petit Journal ! Je te jure, je me sens comme une tour en train de s’effondrer ! Au fond, si je réfléchis bien, je m’en fous. Seulement, elle aurait pu me le dire. C’est surtout ça qui me rend dingue ! »

« C’est la méga-merde – et encore, je suis polie. Depuis que j’ai réalisé que je suis amoureuse de Maël, je n’arrive plus à me comporter normalement avec lui. Pour tout dire, je l’évite même un peu… Quelle débile. Mais quelle débile ! »

« Samedi, ma mère a invité Julien et ses parents à dîner. Tiens-toi bien, j’ai un plan : je vais lui demander de coucher avec moi. C’est mon ami d’enfance, il ne pourra pas me refuser cette petite faveur ! Comme ça, je n’aurais pas l’air d’une mytho si on le fait un jour, Maël et moi… Et puis, j’en ai marre d’être vierge. Au moins, Julien va m’apprendre des trucs, je crois qu’il a couché avec un tas de nanas. Bon, j’espère que j’aurai le courage de mettre mon plan à exécution… »

« Bon, dans l’ordre : j’ai eu le courage de demander à Julien « ce que tu sais ». Mais je n’ai pas reçu la réponse escomptée ! Comment il était choqué ! Si tu l’avais vu, il a failli s’étouffer !
Évidemment, la réponse a été « non ». Et pourquoi, je te le donne en mille, Journal ? ! Par respect ! En gros, s’il ne me respectait pas autant, ça aurait été possible ! Le truc à l’envers ! Quand même, les mecs, ils ne tournent pas rond. Ils peuvent coucher avec une fille qu’ils ne respectent pas, mais pas avec une fille qu’ils respectent TROP ! N’importe quoi ! »

Ce roman de Lisa Azuleos, adapté au cinéma sous le titre de LOL (Laughing Out Loud – Mort de Rire) en 2008, dont les rôles principaux sont incarnés par Sophie Marceau (Anne) et Christa Théret (Lola).

 

 

Carnet Secret – Jean-Luc Delarue

Carnet Secret - Jean-Luc Delarue dans Jean-Luc Delarue couverture1Carnet Secret – Jean-Luc Delarue

Je connaissais Jean-Luc Delarue surtout en tant qu’animateur, et c’était d’ailleurs mon animateur préféré. De plus, j’adorais ses émissions comme « Ca se discute » ou « Toute une histoire », cette dernière existe toujours pour mon plus grand plaisir… Selon moi, lorsqu’on écoute les histoires des autres, qu’elles soient bonnes ou mauvaises, on apprend toujours qqch qui peut nous permettre d’avancer (vers la tolérance notamment pour ne citer qu’un unique exemple). On s’enrichit des expériences d’autrui qui pourraient fournir éventuellement une réponse à un souci qu’on rencontre actuellement ou qu’on a rencontré dans lepassé, ou bien à un problème qui pourrait survenir dans le futur. On apprend des « leçons de vie » en écoutant nos semblables.

Dans cet ouvrage autobiographique intitulé « Carnets Secrets », c’est au tour de Jean-Luc Delarue de nous raconter son histoire. Il nous parle de ses grands-parents maternels et paternels. Il nous confie également la communication difficile qu’il avait avec ses parents, mais plus particulièrement avec sa mère. Il nous relate la relation très compliquée qu’il entretenait avec Elisabeth, la mère de son fils unique, Jean. Il revient sur ses additions concernant l’alcool et la drogue qui l’avaient amené entre autre aux affaires très médiatisées concernant le vol Air France en 2007 et son arrestation en 2010 pour possession de cocaïne (16 grammes). L’animateur apprenait par la suite que concernant l’affaire de la cocaïne, il aurait été l’objet d’un coup monté, une trahison : on voulait « sa tête » (l’argent pervertit les gens, disait-il). Il raconte sa maladie, un cancer de l’estomac et du péritoine. Extrait : « Je n’ai pas peur de la mort, j’ai une peur panique de ne plus vivre. Ne plus entendre le rire de Jean, ne plus voir le visage d’Anissa, c’est pire que l’idée de la mort ».

Je n’avais jamais songé que Jean-Luc Delarue pouvait être malheureux et si mal dans sa peau avec l’argent qu’il gagnait et la notoriété qu’il bénéficiait. En fait, Je ne connaissais rien concernant sa vie privée. C’était un homme blessé, notamment à cause du manque d’amour et de soutien de sa famille. Sa rencontre avec Anissa avait changé son existence, il avait réalisé ce que c’était l’amour avec un grand « A ». J’ai été réellement touchée par son témoignage bouleversant. Ecrire ce livre lui avait permis de régler ses comptes avec son passé, entre autres, mais surtout de pouvoir faire la paix avec lui-même et je crois bien qu’il y était parvenu au moment de son décès en août 2012, il était heureux et serein. Homme bosseur et perfectionniste, il avait bien réussi sa vie professionnelle, et nous l’aimions avant tout comme animateur de télévision.

 

 

 

Une place à prendre – J.K. Rowling

Une place à prendre - J.K. Rowling dans J.K. RowlingUne place à prendre – J.K. Rowling

A Pagford, une petite bourgade anglaise, existe un conseil paroissial composé de 16 notables qui se réunissent une fois par mois. L’un d’eux, Barry Fairbrother, va mourir subitement, ce qui laissera une place vacante, d’où le titre « une place à prendre ». Ce poste à pourvoir est très important car le futur élu pourrait faire basculer le pouvoir dans l’un ou l’autre des deux camps qui se sont opposés depuis une soixantaine d’années. En effet, il y a d’un côté, les défenseurs « des Champs », quartier défavorisé de Pagford où l’on trouve des habitations sociales, et Barry Fairbrother en faisait partie ; et de l’autre côté, il y a ceux qui souhaitent avant tout se débarrasser de ce secteur mal famé, comme Howard Mollison, qui est aussi accessoirement président du Conseil paroissial.
 
Dissimulés derrière des intentions bienveillantes et honnêtes pour prétendre devenir conseiller paroissial, les candidats sont en fait tous hypocrites et ne se soucient en aucune façon des électeurs et de leurs désirs. Ils défendent avant tout leurs propres intérêts.
 
Ce roman décrit la vie quotidienne d’un certain nombre d’habitants de Pagford, des adultes comme des adolescents. On entre dans leur vie intime et on se rend compte que chaque famille a des secrets cachés, des côtés sombres inavouables dont il est préférable qu’ils ne soient pas dévoilés au grand jour.
 
Je n’ai encore jamais lu la série Harry Potter, mais j’ai pris beaucoup de plaisir à lire « une place à prendre ». J’aime assez le style de J.K. Rowling même si parfois, les descriptions ont tendance à s’éterniser. On s’attache aux différents personnages de ce roman (ils sont assez nombreux) comme par exemple Krystal Weedon, une ado rebelle de 16 ans, son petit frère de 3 ans qui subit l’extrême négligence de leur mère, constamment ivre et droguée, ou encore Kay Bawden, l’assistante sociale et sa relation amoureuse très compliquée avec Gavin Hughes.
12345...19

archirando en Ariège ! |
le blog pour les paysans |
Anim'METZERVISSE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | tourmenteur
| elodee
| Nos petits compagnons aux l...